Remontées capillaires en copropriété : que faire ?

Remontées capillaires en copropriété

L’existence de remontées capillaires dans un immeuble est tout à fait possible, notamment dans un bâtiment ancien. La question est de savoir comment traiter des remontées capillaires en copropriété, mais aussi qui doit payer pour la réalisation des travaux. Notre entreprise de traitement de l’humidité en Île-de-France vous en dit plus sur les remontées capillaires en copropriété.

Remontées capillaires et humidité des murs

Avant toute chose, il est utile de rappeler en quoi consistent les remontées capillaires en intérieur. Pour faire simple, les remontées capillaires sont un phénomène d’absorption de l’humidité du sol, vers les murs d’un immeuble. En d’autres termes, les murs du bâtiment absorbent l’humidité présente au niveau du sol, qui va monter jusqu’à l’intérieur. On parle également d’humidité ascensionnelle pour désigner ce type de problème.

L’humidité des murs peut entraîner de nombreux problèmes d’humidité au niveau d’une cave, mais aussi des appartements du rez-de-chaussée. Citons notamment l’apparition de moisissures, de salpêtre et de champignons. Le traitement des remontées capillaires devient alors un enjeu de taille pour assainir un bâtiment touché par l’humidité.

Les remontées capillaires sont un désordre assez commun dans le bâti ancien. Et pour cause, les constructions anciennes (antérieures à 1950) sont généralement conçues avec des maçonneries poreuses, en contact direct avec le sol.

Il arrive également que des remontées capillaires soient accentuées par des travaux mal pensés, notamment la réalisation de dalles ou d’enduits en béton/ciment, l’aménagement d’une cave ou l’obstruction des ventilations naturelles.
Demandez un diagnostic de remontées capillaires en Île-de-France

Comment reconnaître les remontées capillaires dans un immeuble ?

Tout chantier de traitement de l’humidité en copropriété ou non doit débuter par un diagnostic humidité. L’idée est de vérifier l’origine de l’humidité, et d’en déduire la solution de traitement la plus appropriée. Dans certains cas, il faut faire intervenir un expert judiciaire, notamment s’il est nécessaire d’identifier le responsable d’un problème d’humidité du bâti.

Avant de faire appel à un expert infiltration en Île-de-France ou ailleurs, un premier examen visuel peut vous permettre de reconnaître ou non un souci d’humidité ascensionnelle.

Identifier les remontées capillaires dans un immeuble

Sur un immeuble de copropriété, la remontée capillaire va impacter en premier lieu les sous-sols, ainsi que les appartements au rez-de-chaussée.

L’humidité par capillarité fait en sorte que l’eau soit absorbée par les murs porteurs. L’humidité remonte le long des murs et s’évacue dès qu’elle le peut. Cela se produit généralement au bas des murs de façade, juste au-dessus du niveau du sol.

La présence de remontées capillaires sera identifiée par différents éléments :

  • Humidité importante au niveau des sous-sols.
  • Présence de salpêtre sur un mur en pierre.
  • Moisissures, champignons, pourrissement du bois au niveau des sous-sols.
  • Bas des murs humides (couleur plus foncée en bas du mur de façade, décollement des peintures ou des enduits, etc.).

En dehors des signes évidents (humidité en bas de l’immeuble), la date de construction de l’immeuble peut également être un indice important. Une construction antérieure à 1950, voire à 1980, a beaucoup plus de chances d’être touchée par les remontées capillaires qu’un bâtiment moderne.

On notera enfin que certains travaux de rénovation en sous-sol peuvent augmenter un problème de remontées capillaires. Ce sera par exemple le cas si la ventilation du sous-sol est obstruée, ou si les murs sont couverts avec des enduits-ciments. Le cuvelage d’un sous-sol, s’il est mal réalisé, peut également déplacer l’humidité dans l’immeuble.

Dans une copropriété, un tel cas de figure va complexifier les choses si les travaux en question ont été réalisés par un copropriétaire. En effet, cela peut entraîner des démarches judiciaires entre le syndicat de copropriété et le copropriétaire à l’origine des travaux, pour déterminer la responsabilité de chacun.

À savoir : il est rare que des remontées capillaires dépassent deux mètres de hauteur (à partir du niveau du sol extérieur). Si l’humidité touche les étages supérieurs, elle n’est certainement pas liée à des remontées capillaires. Il peut alors s’agir d’infiltrations d’eau au niveau de la façade.

Impact des remontées capillaires dans un appartement

Dans une copropriété, les remontées capillaires vont toucher en priorité la cave. Bien souvent, les caves ne sont pas saines et ne permettent pas de stocker quoi que ce soit, puisque tout aura tendance à pourrir. Néanmoins, il arrive que les remontées capillaires touchent également les appartements du rez-de-chaussée.

Auquel cas, l’appartement souffrira généralement des problèmes suivants :

  • Présence d’humidité en bas des murs
  • Plâtre qui se désagrège, décollement des papiers peints, peinture qui s’écaille, etc.,
  • Moisissures, en particulier en bas des murs et au coin des différentes pièces,
  • Taux d’humidité élevé.

Pour le copropriétaire lésé, il convient de vérifier que le problème ne concerne pas que son appartement. Si les caves sont saines, par exemple, il y a peu de chances pour que le souci soit lié à des remontées capillaires, qui toucheraient en priorité le sous-sol.

De même, tous les appartements du rez-de-chaussée devraient être touchés, à des degrés d’intensité plus ou moins élevés.

Important : si un seul appartement est touché, il convient d’examiner le mur de façade et les réseaux d’évacuation d’eau. Il se pourrait que le souci soit lié à un défaut d’évacuation des eaux de pluie au niveau de la façade, sur l’appartement concerné.

Remontées capillaires dans une copropriété

La présence d’humidité en bas des murs, avec tâches d’humidité, moisissures ou décollement de papier peint, est un indice possible de remontées capillaires dans un appartement.

Faites estimer le coût de traitement des remontées capillaires en région parisienne

L’importance du traitement des remontées capillaires en copro

En copropriété comme ailleurs, la présence de remontées capillaires est un souci majeur, qu’il convient de traiter rapidement. Le fait que le problème concerne majoritairement les caves et sous-sols, et touche rarement la totalité des copropriétaires, peut avoir tendance à minimiser la gravité des remontées capillaires.

Néanmoins, une humidité ascensionnelle non traitée peut entraîner de nombreux problèmes à long terme :

  • En façade, les remontées capillaires vont abîmer et dégrader les murs. Un enduit cloqué, la présence de tâches d’humidité et de dégradations vont nuire à l’aspect de la façade. Ils peuvent aussi dévaloriser la copropriété.
  • Un taux d’humidité trop élevé au niveau des caves les rend tout simplement inutilisables. Impossible d’y stocker du matériel électrique, des vêtements, des cartons ou des papiers, puisque l’humidité va attaquer et détruire tout ce que vous stockez.
  • L’humidité ascensionnelle est un souci qui a tendance à s’aggraver avec le temps. Même si les appartements du rez-de-chaussée ne sont pas atteints aujourd’hui, ils pourraient vite être touchés.
  • Une humidité élevée entraîne l’apparition de salpêtre, de moisissures, voire de champignons. Il peut parfois s’agir de problèmes dangereux pour le bâti, notamment la mérule, qui s’attaque aux boiseries et peut entraîner des dégâts conséquents.
  • Les remontées capillaires attaquent les maçonneries et ont notamment tendance à détruire les joints, ce qui peut fragiliser le bâtiment.
  • Les dégâts liés aux remontées capillaires ne sont pas couverts par l’assurance. Mieux vaut donc réaliser rapidement un diagnostic humidité et traiter le problème avant qu’il ne devienne trop important.

Globalement, un problème de remontées capillaires doit être sérieusement pris en compte par une copropriété, car c’est tout le bâtiment qui peut, à terme, en pâtir.
Demandez un diagnostic humidité gratuit et sans engagement

Remontées capillaires en copropriété : qui paye ?

Si la question de la remontée capillaire en copro peut s’avérer plus complexe qu’en maison individuelle, c’est tout simplement en ce qui concerne le paiement. Si un appartement est touché par des problèmes d’humidité, est-ce à la copropriété de payer le traitement ?

Qui doit payer les travaux de traitement de l’humidité en copro ?

Concrètement, le paiement des travaux de traitement de l’humidité va dépendre de leur origine :

  • C’est le copropriétaire qui doit les régler, si l’origine du problème est interne à son appartement. Ce sera le cas si l’humidité est due à un souci d’aération ou d’isolation de l’appartement touché.
  • C’est la copropriété qui doit les régler, si l’origine du problème est liée au bâti, ce qui est le cas dans le cadre de remontées capillaires ou d’infiltrations de façade. Tous les travaux dans les parties communes (couloirs, entrée, caves, etc.) seront également divisés entre les copropriétaires, selon le règlement appliqué. Ces travaux doivent néanmoins être votés en assemblée générale.

Tout comme une infiltration de toiture n’est pas uniquement prise en charge par le copropriétaire du dessus, le coût de traitement des remontées capillaires doit être divisé entre tous les copropriétaires, en fonction du tantième de chacun (où des règles indiquées dans le règlement de la copro). Les frais liés à la rénovation des parties communes seront également divisés entre les copropriétaires.

Sauf dispositions spécifiques, la rénovation des dégâts engendrés dans un appartement du rez-de-chaussée devrait également être prise en charge par la copropriété.

À savoir : si le syndicat de copropriété refuse de s’intéresser à un souci de remontées capillaires dans un appartement, le copropriétaire concerné peut faire jouer son assurance pour l’intervention d’un expert judiciaire. 

Comment être indemnisé des remontées capillaires (assurance) ?

Malheureusement, la plupart des assurances ne remboursent pas les dégâts liés à des remontées capillaires. En tant que telle, l’humidité ascensionnelle n’est pas considérée comme un dégât des eaux. Seuls les dégâts des eaux liés à une tempête ou à des canalisations peuvent ainsi être couverts par une assurance.

Si le bâtiment est neuf ou récent, vous pouvez chercher à déclencher l’assurance décennale, c’est-à-dire vous retourner contre le constructeur, à l’origine des remontées capillaires. Pour des raisons évidentes, l’assurance décennale n’est pas adaptée pour un bâtiment ancien.

Face à des problèmes d’humidité, vous pouvez toujours contacter votre assureur pour l’intervention d’un expert, qui peut être remboursée dans certains cas. Un expert judiciaire sera notamment en mesure d’indiquer la cause de l’humidité et les responsabilités de chacun.

Diagnostic des remontées capillaires en Île-de-France

Vous avez besoin de traiter des remontées capillaires en région parisienne ? Sachez que DSD Rénov est une entreprise de traitement de l’humidité en Île-de-France. Nos spécialistes peuvent intervenir pour tous les problèmes d’humidité dans une copropriété, un appartement ou une maison individuelle.

DSD Rénov vous propose un diagnostic humidité gratuit, et l’établissement d’un devis pour le traitement des problèmes d’humidité du bâti. Il faut savoir que le traitement des remontées capillaires peut s’avérer plus ou moins complexe, selon la nature du problème, et peut notamment consister en :

  • Un drainage périphérique,
  • Un traitement de l’humidité ascensionnelle par injection,
  • Un cuvelage de sous-sol,
  • Des travaux de ventilation, etc.

Nos experts interviennent régulièrement pour le traitement d’humidité d’une cave et sont spécialisés dans la rénovation du bâti ancien. Ils peuvent se déplacer gratuitement pour analyser la cause de l’humidité et vous proposer un devis de traitement de l’humidité gratuit.

N’hésitez pas à nous contacter dès à présent pour votre diagnostic gratuit et sans engagement.

    Votre devis de traitement de l'humidité en Île-de-France

    Vous cherchez à faire réaliser un diagnostic humidité en Île-de-France ? N'hésitez pas à nous présenter vos besoins. Nous vous répondons dans les 24 heures ouvrées. Vous pouvez également nous contacter au 01 87 66 65 49.