Enduit à la chaux : guide complet

Enduit à la chaux

L’enduit à la chaux est un enduit mural traditionnel, que l’on utilise encore régulièrement, notamment sur les façades anciennes. Applicable sur les murs intérieurs comme extérieurs, l’enduit à la chaux est un enduit perspirant, qui laisse respirer les murs en pierre ou en briques. La chaux est donc un matériau incontournable pour quiconque cherche à rénover ou restaurer un mur ancien. Cette page vous dit tout sur ce matériau et sur ses utilisations.

C’est quoi un enduit à la chaux ?

Avant toute chose, rappelons ce qu’est un enduit à la chaux. Comme son nom l’indique, l’enduit à la chaux est un enduit qui utilise de la chaux comme liant. Contrairement au ciment (utilisé dans les enduits modernes), la chaux laisse respirer les murs. Elle est donc incontournable pour enduire des murs anciens.

Étudions plus en détail les enduits à la chaux :

Qu’est-ce que la chaux ?

Pour commencer, rappelons ce qu’est la chaux. Connue depuis des millénaires, la chaux est utilisée comme liant dans la maçonnerie. Elle était déjà utilisée en Égypte antique, ce qui en fait l’un des plus anciens matériaux de construction utilisés par l’Homme.

La chaux est un matériau minéral très utilisé dans la construction ancienne. Elle est obtenue par la cuisson à haute température de calcaires, qui contiennent un taux d’argile plus ou moins élevé (selon les chaux). Ceci produit une fine poudre blanche utilisée comme liant.

Mélangée avec du sable et de l’eau, la chaux permet de créer un mortier qui va décorer et renforcer les murs extérieurs et intérieurs (c’est ce qu’on appelle l’enduit à la chaux). La chaux peut également être utilisée pour la pose de carrelage en terre cuite ou en pierre naturelle, ainsi que pour certains travaux de toiture. Cela en fait un matériau souvent incontournable dans l’écoconstruction.

L’industrialisation de la construction, à partir de la moitié du XXe siècle, a peu à peu vu disparaître la chaux, au profit du ciment prompt. Mais les maçons et spécialistes de la rénovation ont réintroduit ce matériau ancien, qui s’avère non seulement très pratique, mais aussi indispensable pour la restauration du bâti ancien.

À savoir : c’est la température de cuisson du calcaire (aux alentours de 850°) qui entraîne la création de la chaux. Un même minéral, cuit à une température plus élevée (autour de 1400°), peut se transformer en ciment.

Chaux naturelle

La chaux naturelle prend la forme d’une poudre blanche, qu’il faut manipuler avec précaution (gants, lunettes et masque de protection), car elle est caustique pour les muqueuses et la peau.

Qu’est-ce qu’un enduit à la chaux ?

Vous l’aurez compris, l’enduit à la chaux est un enduit mural traditionnel, composé de sable, de chaux et d’eau. Ce mortier, utilisé depuis des millénaires, permet de couvrir et de décorer des murs anciens.

L’enduit à la chaux peut être utilisé en intérieur comme en extérieur. Dans les deux cas, ce revêtement de façade ne s’applique que sur des murs anciens. Par ce terme, on désigne les murs conçus avec des matériaux traditionnels :

  • Murs en briques,
  • Murs en pierre naturelle,
  • Murs en terre cuite ou en terre crue (pisé, torchis, etc.),
  • Murs en bois.

Tous ces matériaux de construction anciens laissent s’évacuer l’humidité de l’air. Ils ont donc besoin d’un enduit perspirant, ce pour quoi on utilise la chaux sur ce type de support.

À savoir : au contraire, les matériaux modernes (parpaing, béton) ont besoin d’un enduit de façade au ciment. Pour les enduire à la chaux, on peut néanmoins utiliser une couche d’accroche avec un mortier bâtard (composé de chaux et de ciment). 

Enduit à la chaux

L’enduit à la chaux est un enduit traditionnel intérieur ou extérieur, à utiliser sur des murs anciens.

Demandez gratuitement un devis de ravalement à la chaux en Île-de-France

Les atouts des enduits à base de chaux

Si la chaux a été utilisée depuis des millénaires et continue d’être utilisée aujourd’hui, on peut imaginer que ce n’est pas pour rien !

Les avantages des enduits à la chaux

En premier lieu, la chaux a l’intérêt d’être un liant respirant (ou perspirant), qui permet de laisser passer l’air. On l’oppose au ciment prompt, un autre liant pour enduit de façade qui ne laisse pas respirer les façades anciennes.

Mais là n’est pas le seul atout de la chaux. En effet, un enduit à base de chaux profite des nombreux avantages suivants :

  • Les enduits à la chaux sont souples, ce qui limite les risques de fissures. Ce matériau a des réactions très proches de la pierre.
  • Comme tous les enduits de façade qui se respectent, ils sont imperméables et permettent de protéger vos murs intérieurs et extérieurs.
  • La chaux a des capacités de régulation hygrothermique, puisqu’elle laisse respirer les murs. C’est ce qui la rend incontournable sur les murs anciens (torchis, pierre, briques, etc.).
  • Ce matériau a des qualités antiseptiques, antifongiques et antibactériennes. Les enduits à la chaux peuvent donc aider à assainir une maison, en évitant notamment l’apparition de moisissures et de champignons.
  • Les enduits à la chaux ont une couleur homogène, et permettent de couvrir parfaitement les joints ou les défauts d’une façade. On notera que la couleur de l’enduit peut dépendre de la couleur du sable utilisé ou des agrégats, la chaux étant blanche par nature.
  • Enfin, cet enduit a une bonne résistance au feu.

Notez qu’on peut mélanger chaux et chanvre pour créer un enduit isolant extérieur ou intérieur… Mais il convient tout de même d’indiquer que l’isolation d’un tel enduit reste assez peu efficace, en particulier si on la compare à une ITE ! C’est néanmoins une solution intéressante pour supprimer l’effet de « paroi froide » sur certains logements anciens.

La chaux et la régulation de l’humidité

On lit beaucoup et son contraire sur ce matériau, et il convient donc d’avoir une vision objective de la chaux.

Les enduits à base de chaux ont en effet des capacités de régulation hygrothermiques, ce qui ne permet néanmoins pas de traiter tous les problèmes d’humidité du bâti ancien :

  • Les enduits à la chaux sont essentiels sur des murs anciens (pierre, torchis, terre crue, etc.), car ces murs sont conçus pour respirer. Si on les recouvre d’un matériau non perspirant, ils vont notamment souffrir de condensation (et potentiellement d’autres problèmes d’humidité).
  • Dans une pièce très humide, comme une salle de bain, un enduit à la chaux ne suffira pas à lui seul à réguler l’humidité ! Une ventilation naturelle ou un système de ventilation mécanique seront indispensables.
  • Si votre façade souffre de remontées capillaires, un ravalement de façade à la chaux ne sera pas suffisant. Le traitement des murs devra être réalisé avant tout autre travail de façade ou d’enduit.

Ceci dit, et même si la chaux n’est pas magique, elle reste indispensable dans la rénovation d’un bâti ancien.

Utiliser un enduit à base de ciment ou de résine sur une façade ancienne peut accentuer un problème de remontée capillaire jusque là peu ennuyant. Il reste donc essentiel de comprendre que les enduits à la chaux sont les seuls à utiliser sur des maisons anciennes.

Enduit à la chaux extérieur

L’enduit à la chaux est indispensable pour le ravalement d’une façade ancienne.

Demandez votre devis pour un ravalement de façade en région parisienne

Les différents types de chaux pour enduits de façade

Si vous vous intéressez aux enduits à la chaux, vous allez peut-être avoir des difficultés à identifier les différents types de chaux. En effet, la chaux se décline en plusieurs produits, plus ou moins adaptés en fonction de vos besoins. Faisons

Chaux aérienne ou hydraulique ?

Il faut savoir qu’il existe deux types de chaux qu’il est possible d’utiliser dans un enduit de façade ou de mur intérieur :

  • La chaux aérienne (CL) : est issue d’un calcaire pur, et elle fait sa prise au contact de l’air. Souple, elle résiste aux fissures et aux mouvements, ce qui la rend particulièrement adaptée pour la rénovation de façade de maison ancienne. Elle est particulièrement utilisé pour les finitions de façade, et pour tous les enduits intérieurs (en pièces non humides).
  • La chaux hydraulique (NHL) : est issue d’un calcaire argileux et fait sa prise au contact de l’eau. Plus rapide à sécher, on l’utilise régulièrement dans la réalisation des corps d’enduits extérieurs ou des enduits isolants chaux chanvre. Résistante à l’humidité, elle est parfaitement adaptée pour un usage extérieur, ou dans les pièces humides, comme la salle de bain. Elle est également très utile pour les ouvrages les plus solides, comme les dalles.

Pour simplifier les choses, la chaux hydraulique est plus universelle dans les enduits extérieurs et dans la maçonnerie. Au contraire, la chaux aérienne est plus utilisée dans les enduits intérieurs, dans les enduits de finition et pour les travaux décoratifs. On l’utilise d’ailleurs également dans les peintures et dans les badigeons à la chaux.

Contrairement à ce qu’on peut parfois lire, la chaux aérienne peut tout à fait être utilisée sur une façade. Elle facilite d’ailleurs le travail de restauration des décors et modénatures de façade. Sa souplesse la rend d’ailleurs moins sensible aux microfissures. Néanmoins, seul un façadier compétent sera en mesure d’appliquer un enduit à la chaux aérienne en extérieur.

À savoir : la chaux aérienne est également utilisée dans la réalisation d’un badigeon de chaux (ou lait de chaux), une peinture minérale qui peut permettre d’étanchéifier un mur en pierres ou en briques devenu poreux. Le badigeon est d’ailleurs également souvent appliqué en finition d’un enduit traditionnel.

Les différents types de chaux hydraulique

La chaux NHL est souvent complétée d’un chiffre (NHL 2, NHL 3,5 et NHL 5). Cet indice correspond au taux de charge hydraulique. Plus le chiffre est élevé, et plus le mortier sera dur et résistant.

Méfiez-vous à de l’appellation NHL Z, qui indique que la chaux est mélangée à du ciment, ce qui est à éviter absolument sur le bâti ancien.

Le choix d’un type de chaux hydraulique dépend de la nature du projet :

  • NHL 2 : est une chaux qui peut être adaptée pour enduire un mur en pisé, car cette chaux est un matériau très proche, et qui y adhère donc parfaitement.
  • NHL 3,5 : est la chaux hydraulique la plus commune pour réaliser un enduit extérieur ou intérieur. En intérieur, privilégiez néanmoins la chaux aérienne, sauf pour les pièces humides.
  • NHL 5 : est la chaux la plus solide, qu’on utilise spécifiquement pour les dalles et les chapes.
  • NHL Z : si la dénomination de la chaux contient un Z, c’est qu’elle est mélangée avec du ciment. Elle permet alors de créer un mortier bâtard. Le seul atout du mortier bâtard est de permettre de faire des enduits à la chaux sur des murs en parpaing ou en béton. Mais ce type de chaux doit absolument être bannie dans le bâti ancien. Et pour cause, la moindre trace de ciment dans le mortier va supprimer tous les atouts de la chaux.

Chaux grasse ou chaux maigre ?

Vous entendrez parfois parler des termes de « chaux grasse » ou « chaux maigres », qui ne sont plus forcément utilisés dans la construction. On parle de chaux grasse pour désigner les chaux qui prennent beaucoup de volume lors de la réalisation du mortier, au contraire des chaux maigres.

Dans les faits, le foisonnement de la chaux dépend du pourcentage d’argile contenu dans la chaux :

  • Sous les 1 % d’argile, on retrouve la chaux aérienne grasse, qui durcit au contact de l’air et va augmenter fortement de volume.
  • Entre 1 et 8 % d’argile, on retrouve la chaux aérienne maigre, qui prend peu de volume et ne durcit pas au contact de l’eau.
  • Au-delà de 8 % d’argile, on ne retrouve que des chaux hydrauliques qui durcissent au contact de l’eau.

Il arrive que les termes « chaux maigre » et « chaux hydraulique » soient confondus, ce qui est techniquement incorrect.

Les utilisations d’un enduit à la chaux

L’enduit à la chaux est un mélange de chaux aérienne ou hydraulique, de sable (ou autres agrégats) et d’eau. Sa composition exacte va varier en fonction de la nature du projet, mais aussi des spécificités locales (les agrégats et pigments utilisés peuvent varier en fonction des régions, ce qui explique la variété des couleurs des enduits à base de chaux).

L’enduit à la chaux intérieur

Les enduits à la chaux peuvent tout à fait être utilisés en intérieur. Ils sont même tout indiqués dans les logements anciens, car ils permettent de laisser les murs respirer. Généralement, on utilise les enduits à la chaux intérieurs à titre décoratif. C’est aussi un enduit imperméable qui peut s’avérer intéressant dans une salle de bain ou dans une pièce humide.

Le choix de la chaux va dépendre avant tout de l’humidité de la pièce :

  • Les enduits à la chaux aérienne sont à utiliser de préférence dans les pièces de vie.
  • Un enduit à la chaux hydraulique sera préférable dans les pièces humides, à savoir la salle de bain, la cuisine ou encore la cave.

Les enduits à la chaux intérieurs sont appréciés pour leurs teintes naturelles, mais aussi pour la richesse de leurs finitions (taloché, sculpté, stuqué…). Notez que la chaux est notamment utilisée dans le tadelakt, un enduit traditionnel marocain que l’on retrouve dans les hammams.

Grâce à ses capacités de régulation hygrothermiques, ce type d’enduit peut permettre d’assainir l’air intérieur tout en protégeant les murs. Rappelons bien évidemment qu’un simple enduit intérieur à base de chaux ne sera pas suffisant pour régler des problèmes d’humidité intérieurs !

L’enduit à la chaux extérieur

Les enduits à la chaux extérieurs sont incontournables pour refaire les enduits des façades anciennes. Sur une maison ancienne, l’enduit à la chaux peut avoir différents rôles :

  • Il assure l’esthétisme des façades, notamment grâce à l’utilisation de pigments colorés (souvent naturels) ou d’un sable local.
  • L’enduit extérieur à la chaux imperméabilise et uniformise la façade.
  • Les enduits à la chaux peuvent avoir un léger impact sur l’isolation d’une maison, grâce à la réalisation d’un enduit chaux chanvre.

Au moment de choisir un liant pour une façade ancienne, c’est bel et bien la chaux qui doit être sélectionnée.

On utilise en règle générale un enduit à la chaux hydraulique (en particulier pour le corps d’enduit), car il sèche nettement plus rapidement. Néanmoins, un enduit extérieur à la chaux aérienne sera plus maniable sur une couche de finition (notamment sur les façades patrimoniales avec modénatures).

Le mortier à la chaux pour joint extérieur

On notera que la chaux n’est pas que réservée à la réalisation d’enduit, loin de là ! Elle peut également permettre de réaliser un mortier pour joints extérieur.

Les qualités respirantes de la chaux sontégalement essentielles pour le rejointoiement des murs anciens en pierre ou en brique. On utilise ainsi la chaux pour refaire les joints lors d’un ravalement de meulière ou d’un ravalement de pierre de taille.

Une fois encore, un mortier au ciment risquerait d’étouffer les murs en pierre des façades anciennes, d’où l’absolue nécessite d’utiliser un mortier à la chaux dans un ravalement de façade patrimoniale.

Mortier à la chaux pour mur en pierre

La chaux est également utilisée pour refaire les joints d’un mur en pierre.

Comment faire un enduit à la chaux ?

La réalisation des enduits à la chaux est particulièrement à la mode, notamment dans l’écoconstruction.

Si vous envisagez de réaliser vous-même des murs à la chaux, notre meilleur conseil serait de vous former auprès de spécialistes. Nous vous déconseillons par ailleurs de réaliser des enduits de façade à la chaux, car ce type de travail nécessite une mise en œuvre impeccable et l’intervention d’un expert.

Notre équipe vous propose néanmoins quelques conseils et informations sur l’application des enduits à la chaux.

Quel support pour l’enduit à la chaux ?

Les enduits à base de chaux doivent être appliqués sur un support propre et sain. Comme pour tout revêtement mural, tous les supports ne sont pas nécessairement admis.

Ainsi, les enduits à base de chaux peuvent être appliqués sur les supports suivants :

  • Maçonneries en pierre (moellons, pierre calcaire, etc.),
  • Maçonnerie en briques de terre cuite,
  • Briques monomur,
  • Blocs de béton (on utilise alors un gobetis ciment chaux),
  • Terre crue ou terre cuite,
  • Maçonnerie en moellons et maçonneries à pierre vue,
  • Lattis métalliques.

La nature du mortier utilisé doit correspondre au support (et à son état), d’où la nécessité d’examiner en détail la façade pour en déduire les techniques de ravalement les mieux adaptées. La mise en œuvre peut également varier en fonction de la nature du support.

Les supports doivent être préalablement mouillés (idéalement la veille des travaux, voire quelques heures avant si le support est absorbant et dans le cadre d’un usage extérieur).

À savoir : un mortier à la chaux ne doit jamais être posé sur du placoplâtre. Et pour cause, le carton présent dans les plaques de plâtre ne laisse pas passer l’humidité.

La préparation des mortiers à la chaux

Préparer un enduit à la chaux exige un dosage bien spécifique, qui varie en fonction de l’utilisation de l’enduit et du type de chaux.

Si vous devez manipuler de la chaux, notez que la chaux est un matériau alcalin et qui attaque la peau. Il est essentiel de porter gants, masques, lunettes et tenue de protection quand vous manipulez la chaux en poudre.

Le dosage d’un enduit à la chaux dépend du type d’enduit dont il est question :

  • Pour la couche d’accroche : on conseille un volume de chaux pour un volume de sable (granulométrie 0/4 ou 0/6).
  • Pour le corps d’enduit : on conseille un volume de chaux pour deux volumes de sable (0/4).
  • Pour la couche de finition : on conseille un volume de chaux pour 2,5 volumes de sable fin (0/2 ou 0/0).

Le dosage se fait à la main, et idéalement à l’aide d’un malaxeur horizontal (la bétonnière n’est pas conseillée pour malaxer la chaux, qui est plus dure que le ciment). La préparation est essentielle, car un mortier mal dosé ou mal préparé risque de faïencer lors du séchage. C’est entre autres cette nécessité de doser soi-même l’enduit traditionnel qui justifie l’absolue nécessité de faire appel à un façadier spécialisé dans les enduits traditionnels.

On notera qu’il existe des préparations industrielles pour enduits à la chaux. Très souvent, elles contiennent une dose non négligeable de ciment et ne sont donc pas adaptées au bâti ancien. Ils sont notamment à bannir dans la rénovation d’un bâtiment classé. Certains enduits à la chaux aérienne sont vendus préparés sous forme de seaux (car un mortier à la chaux aérienne se conserve très bien). En revanche, leur coût très élevé ne les rend intéressants que pour de très petites surfaces.
Faites estimer le prix d’un enduit de façade à la chaux en Île-de-France

Comment appliquer de la chaux sur un mur extérieur ?

Les enduits à la chaux peuvent être projetés (à la machine) ou appliqués à la main. Sur une façade ancienne, on va toujours privilégier une application à la truelle.

L’enduit traditionnel s’applique en 3 couches :

  1. Le gobetis, qui est une couche d’accroche assez fine (au maximum 0,8 cm), à laisser reposer une semaine.
  2. Le dégrossi, qui est la couche la plus épaisse (1,5 à 2 cm) et va permettre d’aplanir la façade. Elle sèche en environ 20 jours.
  3. La couche de finition, la couche la plus fine (au maximum 0,7 cm) qui reçoit la finition souhaitée (lissée, ribbée, grattée, etc.). Cette couche est parfois complétée d’un badigeon à la chaux, qui peut donner à la façade sa couleur définitive.

En rénovation, la réalisation peut être légèrement différente (elle dépendra de l’état de l’enduit actuel, qui peut parfois être conservé).

On notera que les façades à la chaux peuvent mettre du temps à sécher. Il est donc nécessaire de protéger les murs extérieurs après application. Pour ces raisons, les ravalements à la chaux doivent être réalisés de préférence au printemps, quand cela est possible. On se méfiera en effet des intempéries, mais aussi du brouillard ou même de l’exposition au soleil, qui peuvent empêcher à l’enduit de sécher correctement.

Pour rénover une façade ancienne, mieux vaut confier ce type de travaux à des entreprises spécialisées dans les enduits traditionnels. Si vous souhaitez réaliser un ravalement à la chaux en Île-de-France, notez que nos façadiers peuvent vous accompagner dans vos travaux.

À savoir : on utilise très souvent la taloche pour réaliser la finition d’un enduit à la chaux. Mais un enduit traditionnel et patrimonial doit idéalement se finir à la truelle, pour réduire les traces de sable et retrouver l’aspect initial du bâtiment.

Réalisation d'un enduit à la chaux

Il existe différents types de couleurs et de finitions pour un enduit à la chaux.

Devis pour ravalement à la chaux en Île-de-France

Vous savez désormais tout ce que vous devez savoir sur les enduits à la chaux et leur utilisation. Si vous cherchez à réaliser la rénovation d’une façade ancienne, notez que notre entreprise est spécialisée dans la réalisation d’enduits traditionnels.

Nos équipes peuvent vous accompagner dans tous vos besoins de restauration d’une façade ancienne en Île-de-France, et peuvent réaliser pour vous tous types d’enduits de façade traditionnels :

N’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou à remplir notre formulaire pour recevoir gratuitement un devis pour enduit à la chaux à Paris et en Île-de-France.

    Votre devis de rénovation gratuit en Île-de-France

    N'hésitez pas à demander gratuitement un devis à DSD Rénov pour tous vos travaux de rénovation en Île-de-France (toiture, ravalement, surélévation...). Nous vous répondons sous 24 heures ouvrées. Vous pouvez également nous contacter au 01 87 66 65 49.